Korg MS-20 : Pseudo Arpeggiator

Pseudo Arpeggiator

Ce patch est plus une curiosité, une démonstration de l’étendue des capacités du MS-20, qu’un patch pratique. Disons qu’il s’agisse d’un cas d’étude…

Le patch reproduit une suite de notes qui peut rappeler, de par sa régularité, l’utilisation d’un séquenceur analogique. Cela n’aurait rien d’exceptionnel si l’on utilisait justement un tel séquenceur. Or, dans ce patch, le MS-20 fonctionne seul et génère sa propre suite de note. La création de ce patch est un challenge qui consiste à reproduire une suite logique de notes harmonieuses et régulières sans utiliser de séquenceur.

Il existe plusieurs réglages possibles pour parvenir à reproduire un arpège qu’on aurait pu programmer sur un séquenceur. L’un d’entre eux consiste à combiner les effets d’une enveloppe et la pulse d’un LFO.

Le MS-20 est doté d’un générateur de modulation (LFO) et de deux enveloppes. Ici, le LFO se substitue au trigger, c’est à dire, qu’il sert à émettre le trig nécessaire au déclenchement à intervalle régulier des notes de l’arpège. Réglé sur une pulse ou une onde carrée, le LFO permet de reproduire des notes distinctes, nettes et de même longueur. Réglé sur une onde en dent de scie (saw) ou une onde en forme de pente (ramp), l’arpège sera soit de plus en plus pointu, soit de plus en plus moelleux, les extrême étant tous les deux inaudibles.

L’enveloppe est utilisée pour la modulation de fréquence du VCO. Ici, dans la configuration du MS-20, elle remplace simplement un second LFO. La seule différence est qu’il faut régulièrement déclencher cette modulation, car sinon, le MS-20 reste « coincé » à l’infini sur une seule et même note!

Cette technique demande de la part de l’exécutant un sens du rythme, car la moindre erreur rythmique s’entend pas une « accroche » de la boucle, une sorte de  « piétinement » ou un décalage pas très heureux…

Nous avons vu plus haut que le LFO servait de trigger. En d’autres termes, il suit un tempo et bat la mesure comme un métronome, en envoyant sur chaque temps une note dont la hauteur est déterminée par la touche du clavier. L’objectif, ici, est de déclencher l’enveloppe porteuse de la modulation de fréquence en même temps que le trig du LFO. La difficulté réside dans le fait qu’il faille déclencher précisément l’enveloppe au premier temps, puis au cinquième, au neuvième, au treizième etc… Vous l’avez compris : le déclenchement s’effectue au bout de quatre temps, à chaque début de mesure.

Ce patch est autonome. Le MS-20 joue donc à intervalle régulier la dernière note enfoncée sur la clavier. Le LFO pulsant sur l’entrée du gain initial permet au signal audio d’être audible ou pas. L’enveloppe se déclenche lorsqu’une note du clavier est joué, aussi, si celle-ci est déclenchée au bon moment, la modulation de fréquence va influer sur la hauteur du VCO tout en étant entrecoupée par des silences. L’illusion d’un arpège survient lorsque la synchronisation de l’enveloppe et du LFO font croire à la reproduction continue d’une suite de notes répétitives, nettes et sans bavures ayant une logique rythmique et harmonique.

Ce patch, en plus d’être difficile à mettre en œuvre, s’obtient par des réglages fins. Cela signifie que les réglages de la figure ci-dessus ne sont que des valeurs indicatives et demandent à être adaptées en fonction de chaque MS-20.

Le réglage qui détermine le tempo est la fréquence du générateur de fréquence. La forme de l’onde, le duty, s’apparente au « style » de jeu, à savoir legato ou staccato. Le potentiomètre qui commande l’intensité de la modulation de fréquence (EG1/EXT) détermine, quant à lui, l’empan entre la note la plus grave et la plus aiguë de l’arpège. Le potentiomètre qui contrôle la vitesse que met le MS-20 pour partir de la note la plus grave pour atteindre la note la plus aiguë est celui de l’attaque de l’enveloppe EG1. Celle influe donc indirectement sur le nombre de notes que vous désirez voir exécuté pendant votre séquence. Ces trois réglages doivent être précis car le moindre écart change radicalement le comportement du MS-20.

Si EG1/EXT est trop bas, alors la suite de note tourne autour d’un ton voire deux sans jamais atteindre de tierce ou de quinte. C’est monotone et l’arpège artificiel n’est pas convaincant. Si vous voulez que votre suite de notes atteigne au moins l’octave, il vous faut régler EG1/EXT aux alentours de 4. Aussi, un réglage du potentiomètre EG1/EXT trop grand générera une suite de notes inharmonieuse qui pourra sembler décousue. En ce qui concerne le réglage de l’attaque d’EG1, une valeur trop petite induit un saut de note trop rapide et la séquence oscillera alors entre deux notes. Si l’attaque est trop grande, le passage d’une note à l’autre sera si lent que l’effet d’arpège disparaît pour laisser la place à une simple modulation de fréquence classique. On obtient un phénomène de pitchbend contrôlé par l’enveloppe.

Ces trois paramètres (tempo, empan de la hauteur et vitesse de saut de hauteur) doivent s’équilibrer mutuellement de telle sorte à ce que l’arpège soit crédible et vous permette de faire de votre MS-20 un séquenceur des plus inattendus !

Publicités
Cet article, publié dans KORG MS-20 PATCHS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s